Dispositifs d’ancrage sur les toits

Protection anti chute 

  • Les mesures de protection collective (échafaudages de façade, garde-corps, filets de sécurité, etc.) ont la priorité absolue par rapport aux équipements de protection individuelle (protection par encordement).

  • Si aucune protection collective n’est possible, des mesures de protection individuelle (dispositifs d’ancrage) doivent être planifiées par un spécialiste.

  • Les équipements de protection individuelle (EPI) doivent être fixés à des dispositifs d’ancrage sûrs.

Source : SUVA

ligne-de-vie-tuile-1-scaled.jpeg
ligne-de-vie-photo.jpeg
ligne-de-vie-dessin.png

Travaux sur les toits :

Les travaux sur les toits peuvent s'avérer dangereux. Même si la pente est faible, il existe un risque de glissade ou de chute depuis ou à travers le toit ou à travers une ouverture dans la toiture.
Ces dangers doivent être pris en compte dès la phase de planification de l'ouvrage. Les dispositifs de protection collective (p. ex. garde-corps) ont la priorité par rapport aux mesures de protection individuelle telles que les EPI contre les chutes.

 

Dispositifs d’ancrage : 

Les dispositifs d’ancrage montés sur les toits servent à sécuriser les EPI contre les chutes. Constitués de divers éléments, ils proposent un ou plusieurs points d’ancrage (fixes ou mobiles) et permettent de fixer ces EPI aux éléments porteurs ou à la structure de la toiture.

 
Planification des dispositifs d’ancrage : 

L'emplacement des dispositifs d'ancrage doit être planifié par des spécialistes. Divers paramètres tels que la géométrie du toit, l’étendue de la zone à sécuriser et les besoins des futurs utilisateurs doivent être pris en compte. Les travaux d’entretien ou de réparation du toit doivent également pouvoir être réalisés en toute sécurité.
Les immeubles existants doivent être équipés en conséquence. Vous trouverez de nombreux conseils à ce sujet dans le document «Planifier les dispositifs d’ancrage sur les toits».